ECOUTER POUR COMMUNIQUER

Communication. Voilà un mot à la mode, sympathique et propre sur lui, qui sait se tenir en toutes circonstances. Un mot dont on fait des livres, des séminaires, des voeux vertueux, des certificats de bonne conduite. Un substantif dont on tire un verbe transitif et intransitif. Communiquer avec quelqu’un ou communiquer quelque chose à quelqu’un.
Parée de toutes les vertus,  la communication, tel le courant qui passe entre les personnes, se voit accusée de tous les maux lorsqu’elle vient à manquer. Absence de communication, communication rompue ou, pire, mauvaise communication apparaissent comme  autant de fautes de goût aux yeux des humains éduqués et multi connectés que nous sommes, habitués à communiquer en un battement de cil d’un bout à l’autre la planète.


Dans le couple, il ne suffit plus de s’aimer, il faut....COMMUNIQUER!  Et ce sacro-saint devoir de communiquer, «même trop, même mal», exerce une pression contre-productive sur les couples désireux de bien faire.

Mais de quelle communication parle-t-on? Si l’on en croit les livres dédiés au sujet et aux différentes techniques de communication enseignées ici ou là, il s’agit avant tout de faire passer ses idées, de convaincre, de se faire entendre. Et éventuellement de confronter son point de vue à celui d’autrui.
Certaines techniques de communication frisent même la manipulation lorsqu’elles vous enseignent comment amener l’autre à adopter votre avis ou à faire exactement ce que vous attendez de lui.

Lorsqu’un couple a des difficultés, il est nécessaire que les deux partenaires communiquent.  On le leur a répété, ils l’ont lu dans les livres, alors ils s’appliquent. Ou bien l’un des deux exige cette communication en gage d’amour ou de bonne volonté.

Prenons le cas, réel, d’une femme au désespoir parce que son mari refuse de «communiquer». Elle dit avoir tout essayé pour avoir une conversation avec lui. C’est cela, son problème de couple : rien d’autre ( ou pas moins! ) que cette non communication , ce silence qui laisse la porte ouverte à toutes les peurs. C’est une femme ouverte, intelligente. Elle dit avoir énormément réfléchi à son couple, elle s’est dotée de toutes sortes d’outils de communication au cours de ses lectures  et stages de développement personnel. Sa quête et son parcours sont impressionnants. Mais inefficaces.

En demandant à son mari de communiquer, cette femme attend des mots qui vont la rassurer ou, au contraire, la conforter dans ses peurs. Quand son mari refuse de parler - ce qui ne signifie en aucun cas qu’il n’a rien à dire! - elle réitère sa demande ou sa question, inlassablement, dans l’espoir d’obtenir enfin une réponse. Comme un enfant qui espère vous avoir à l’usure. Elle ne veut pas entendre le silence de son mari. La situation se bloque, la frustration et la tension montent. Cette femme, qui dit aimer son mari, envisage pourtant la séparation, sans avoir rien résolu, comme elle ferait demi tour devant un obstacle qui lui semblerait insurmontable.

Que devrait faire cette femme pour sortir de cette impasse? Espérer que, de guerre lasse ou sous la menace d’une rupture, son mari accepte une discussion? Il y  a fort à craindre que cette communication tant réclamée se réduise alors à deux monologues, chacun exprimant attentes et ses griefs  et exigeant de l’autre qu’il les prenne en considération. On peut parler des heures et des heures de cette manière, il n’en sortira pas grand chose si l’on omet d’inviter à la table des discussions cet ingrédient sans lequel il est vain de vouloir communiquer vraiment, sereinement, généreusement : l’écoute!

Sans écoute, il est impossible de se comprendre. Et si l’on ne se comprend pas, il est impossible de vivre ensemble et en paix.

On peut être à l’écoute de celui qui ne parle pas ou peu. Etre à l’écoute c’est faire appel à toute notre sensibilité pour se mettre à la place de l’autre, essayer de ressentir ce qu’il ressent, ne pas craindre de faire un peu le vide en soi pour y accueillir l’autre. Etre à l’écoute c’est être attentif aux mots , bien sûr, mais aussi aux intonations, aux expressions du visage, au regard, aux gestes, à tout ce qui nous permet de sentir l’autre. C’est une autre manière d’écouter et de regarder, sans jugement, avec pour seul désir d’accueillir toute la richesse et la complexité de l’être forcément unique - nous le sommes tous - qui est en face de nous.  La communication commence au moment où, capables de sentir l’autre, nous savons lui dire qu’il a été compris. Ordonner à quelqu’un de nous dire ce qui ne va pas n’a pas du tout le même impact que si, ayant cherché à le ressentir par nous même, nous lui disons simplement : Je te sens triste. Ou bien : Je te sens en colère. Rares sont ceux qui résistent à ce miroir tendu et au désir de parler lorsqu’ils se sentent compris. Compris parce que écoutés. L’écoute bienveillante et sans jugement est la clé d’une communication bien comprise, la base sans laquelle il est aussi vain d’essayer de tenter de resserrer les liens fragilisés d’un couple que de signer une paix durable dans quelque contexte que ce soit.


 

+33 (0) 6 45 74 76 66

médiation de couple

divorce médiation humaniste divorce à l'amiable sortir du conflit médiation familial thérapie paix cabinet arièle butaux avocat médiation pénale procédure participative

médiation de couple

divorce médiation humaniste divorce à l'amiable sortir du conflit médiation familial thérapie paix cabinet arièle butaux avocat médiation pénale procédure participative

médiation de couple

divorce médiation humaniste divorce à l'amiable sortir du conflit médiation familial thérapie paix cabinet arièle butaux avocat médiation pénale procédure participative

médiation de couple

divorce médiation humaniste divorce à l'amiable sortir du conflit médiation familial thérapie paix cabinet arièle butaux avocat médiation pénale procédure participative

Follow me

  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram

Photo AB : Laure Jacquemin Coeurs "1+1" : Agathe YOU

médiation de couple

divorce médiation humaniste divorce à l'amiable sortir du conflit médiation familial thérapie paix cabinet arièle butaux avocat médiation pénale procédure participative

médiation de couple

divorce médiation humaniste divorce à l'amiable sortir du conflit médiation familial thérapie paix cabinet arièle butaux avocat médiation pénale procédure participative

médiation de couple

divorce médiation humaniste divorce à l'amiable sortir du conflit médiation familial thérapie paix cabinet arièle butaux avocat médiation pénale procédure participative

médiation de couple

divorce médiation humaniste divorce à l'amiable sortir du conflit médiation familial thérapie paix cabinet arièle butaux avocat médiation pénale procédure participative